Dernières Infos

L’Ady Gil, le trimaran de Sea Shepherd, coulé par un baleinier Japonais

Pour cette fois, ce sont les méchants qui l’emportent, à moins que cet événement ne provoque l’indignation générale et qu’enfin il se passe quelque chose pour que le boomerang leur revienne en pleine figure ?

En effet, aujourd’hui, l’Ady Gil, bateau ultra-moderne de l’ONG Sea Shepherd, qui se bat pour faire valoir l’interdiction de la chasse à la baleine, a été coulé par le baleinier Japonais Shonan Maru 2.

Selon la déclaration de Jeff Hansen, directeur de Sea Shepherd Australia, le trimaran de 24 mètres à été percuté volontairement par le baleinier.

Nous avons trouvé un post de l’Express, qui signale que l’Ady Gil était parti en renfort auprès du Steve Irvi, autre bateau de la flotte de Sea Shepherd, pour contrer la flotte Japonaise de chasse à la baleine en Antartique. Ces photos montrent les images prises des deux navires.


Ce bateau, en kevlar, était un bijou de technologie et fier représentant de l’Ong, créée par Paul Watson, écolologiste canadien, ancien membre de Greenpeace. Avec sa coque pouvant résister aux glaces de l’Antartique, l’Ady Gil pouvait aller à plus de 93 km/h (45 noeuds), propulsé par trois moteurs alimentés par bio-carburant. Une sorte de machine de guerre écologique. Détenteur en 2008 du record du tour du monde, qu’il a effectué en 61 jours, ce bateau digne d’un film de Tim burton pouvait passer jusqu’à 7 mètres sous les vagues en cas de gros temps.

Mis à l’eau en Novembre dernier, nous y voyions un justicier des mers, et ce que nous voyons ici est scandaleux, car nous sommes en plein acte digne d’un film de pirates (quoique les méthodes de Sea Shepherd ne sont pas forcément des plus douces – mais que faire d’autre ?). On ne fait pas route à pleine vitesse droit vers un autre navire, en plein Antartique, sans une idée derrière la tête, surtout si celui-ci est immobile. D’après les déclaration de Sea Shepherd, ils ne sont pas prêts d’en rester là et d’abandonner le combat.
La chasse à la beleine est interdite depuis 1986, à part des autorisations portant sur des missions de recherche, mais les Japonais semblent passer outre tranquillement et continuent allègrement à décimer la population des cétécés.

Voici en image ce qui vous semblera certainement un acte tout à fait volontaire (se rappeler qu’on est en plein Océan Antartique). Les membres de l’équipage ont tous été sauvés, mais le bateau de 1,4 millions de dollards à bel et bien sombré.

source : http://www.miwim.fr/

(58)

Laissez un message