Dernières Infos

Il y a 5,3 millions d’années, la méditerranée connu son pire cataclysme le plus bénéfique

C’est un cataclysme qui a rempli le bassin méditerranéen il y a 5,3 millions d’années. Avec un débit estimé à 100 millions de mètres cube par heure, il fut si important et rapide que le niveau de l’eau augmentait jusqu’à 10 mètres par jour pour finalement remplir la Méditerranée, alors asséchée, en seulement quelques mois…

Il y a 6 millions d’années, la Méditerranée s’était isolée de l’océan Atlantique alors que des mouvements sismiques avaient élevé le niveau du détroit de Gibraltar, permettant au continent européen et africain d’être relié.

Cependant, ce phénomène a entraîné l’assèchement de la mer Méditerranée et une accumulation massive de sel sur le fond marin, c’est la “crise de salinité messinienne”, qui a eu lieu dans la période géologique du Miocène. Elle est connue depuis 1971 lorsqu’une campagne de carottage a montré que des couches de sels minéraux, épaisses de quelque 2 km, tapissent le fond des bassins et sont recouvertes de sédiments.

Pourtant, il a fallu attendre 2007 pour que la thèse de de l’isolement de la mer Méditerranée soit acceptée par la communauté scientifique. “Il est désormais avéré qu’au Messinien, la dérive des continents a bouleversé l’écosystème méditerranéen en refermant les détroits qui alimentaient en eau la mer Méditerranée.” précise la Cité des Sciences.

Privée de son apport d’eau de l’océan Atlantique et vu la faiblesse des précipitations, la mer Méditerranée s’est évaporée massivement en perdant près d’un kilomètre d’épaisseur d’eau. Cet asséchement a entraîné le dépôt de grandes quantités de sel sur le fond marin.
Pendant cette période la température moyenne à 2 000 mètres de profondeur se situait entre 35 et 40 degrés.

Le destin de la mer Méditerranée semblait scellé, et pourtant, à la suite d’un d’un évènement sismique cataclysmique similaire à celui qui l’isola, elle s’est remplie en seulement quelques mois, il y a 5,33 millions d’années.

L’auteur de l’étude qui est publiée dans la revue Nature répète son étonnement vis-à-vis de la vitesse à laquelle la Méditerranée s’est alors remplie. Daniel Garcia-Castellanos, physicien de l’Institut des Sciences de la Terre Jaume Almera du CSIC a développé avec ses collaborateurs des modèles informatiques pour simuler cette catastrophe : le débit de l’eau qui est arrivé par le détroit de Gibraltar était d’environ 100 millions de mètres cube par heure, soit mille fois le débit de l’Amazone !

Les données manquantes concernaient la composition géologique du fond marin. Un article sur la construction d’un tunnel ferroviaire sous le détroit a permis aux chercheurs de disposer de cette information. En effet, ils ont découvert l’existence d’un canal sous-marin de 200 kilomètres de long s’étend de l’ouest à l’est du détroit. Le profil de ce canal coïncide avec celui des fleuves à fort débit et son existence s’explique par l’érosion causée par un grand torrent d’eau. Selon l’hypothèse la plus plausible, ce qui a fait naître ce canal est une série de mouvements sismiques qui ont ouvert le barrage naturel du détroit de la même façon qu’ils avaient provoqué sa fermeture 700 000 ans auparavant.

Actuellement, la profondeur de la Mer Méditerranée au niveau du détroit de Gibraltar est d’environ 900 mètres et semble nous mettre à l’abri d’une nouvelle crise de salinité, du moins à l’échelle humaine.

source : https://www.notre-planete.info/

(457)

Laissez un message