Dernières Infos

Evolution géologique de la Terre pour les 250 millions d’années futures

L’article publié dans Nature aurait certainement intéressé Haroun Tazieff, Katia et Maurice Krafft. Un groupe de chercheurs y parle de tectonique des plaques, plus précisément de la théorie des cycles de Wilson.

La théorie de la tectonique des plaques est le cadre général et unificateur de la géologie moderne. Rétrospectivement, on a peine à croire que sa formulation date de moins de cinquante ans. C’est en effet seulement à la fin des années 1960 que les géophysiciens Jason Morgan, Dan Mc Kenzie et Xavier Le Pichon publient les articles fondateurs. Il aura fallu pour cela passer de la théorie de la dérive des continents d’Alfred Wegener à celle de l’expansion des fonds océaniques.

Se pose alors une question : à quoi ressemblera le prochain supercontinent ? L’ouverture de l’Atlantique va-t-elle se poursuivre jusqu’à ce que le Japon et la Chine entrent en collision avec l’Amérique du Nord et le Mexique, à 180 ° de l’Afrique ? C’est la théorie de l’extraversion.

Ou bien cette ouverture va-t-elle finir par s’arrêter pour finalement s’inverser ? C’est la théorie de l’intraversion. Cette dernière hypothèse pourrait s’avérer la plus probable étant donné que la chaîne des Appalaches allant du sud au nord des États-Unis témoigne d’une ancienne collision entre continents, avant la formation de la Pangée justement.

Selon cette théorie de l’orthoversion proposée par Ross N. Mitchell et ses collègues, si l’on se base sur les mouvements actuels des plaques tectoniques et les analyses paléomagnétiques qu’ils ont effectuées, d’ici 50 à 200 millions d’années, le nouveau supercontinent se retrouvera centré sur les régions polaires boréales.

La mer des Caraïbes et l’océan Arctique disparaîtront. L’Amérique du Sud pivotera avec la Terre de Feu remontant vers le nord, en même temps que l’Alaska et le Canada entreront en collision avec le nord-est de l’Asie, comme le montre une carte du futur supercontinent proposée par les géophysiciens.

Puisqu’il se manifeste par la collision entre l’Amérique du Nord et l’Asie, ce supercontinent a été baptisé Amasie par les chercheurs. Il semble cependant peu probable que l’humanité soit encore présente sur Terre à ce moment-là et encore moins sous sa forme actuelle. La théorie de l’orthoversion ne sera donc jamais véritablement testée…

Source texte extrait : http://www.futura-sciences.com/

(516)

Laissez un message