Dernières Infos

Essai Nucléaire, la Corée du Nord joue avec le monde et avec un volcan

En début d’année 2016,  les sismologues alertaient sur le danger de nouveaux essais nucléaires nord-coréens: ils pourraient provoquer l’explosion du mont Paektu, et déclencher l’une des éruptions les plus violentes de l’histoire humaine.

Le volcan, mesurant 2.744 mètres d’altitude, se trouve sur la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Sa dernière éruption s’est produite en 1903. Le mont Paektu est un stratovolcan. Sa dernière grande éruption se serait produite en 946. Avec un indice d’explosivité volcanique (VEI) de 7, c’est la troisième plus grosse éruption des 2 000 dernières années après celles du Tambora et du Taupo. Cette explosion a donné à la caldeira sa forme actuelle.

La Corée du Nord a mené son 5e essai nucléaire, «le plus puissant à ce jour» !

Le régime nord-coréen a procédé à un cinquième essai nucléaire vendredi 09 septembre 2016. L’information a été confirmée ce vendredi matin par la télévision officielle nord-coréenne, qui a salué un essai «réussi». «Nos scientifiques nucléaires ont mené un essai d’explosion nucléaire d’une tête nucléaire nouvellement mise au point, sur le site d’essais nucléaires dans le nord du pays», a déclaré une présentatrice. «Notre (…) parti a envoyé un message de félicitations à nos scientifiques nucléaires (…) pour avoir mené un essai d’explosion réussi d’une tête nucléaire», a-t-elle ajouté.

Cette annonce a confirmé les suppositions de la Corée du Sud un peu plus tôt. «L’explosion a dégagé environ 10 kilotonnes, la plus puissante menée par le Nord pour l’instant», a dit un responsable du ministère sud-coréen de la Défense à l’agence sud-coréenne Yonhap. Le troisième essai nucléaire nord-coréen, en février 2013, était jusqu’alors considéré comme le plus puissant, dégageant une énergie estimée entre six et neuf kilotonnes.

Les premiers soupçons sur un nouvel essai nord-coréen ont été émis par des sismologues qui ont détecté un séisme près du principal site d’essais nucléaires, dans le nord-est du pays.

Au Japon, le ministère de la Défense se préparait à envoyer des avions militaires afin d’analyser des échantillons d’air et de détecter une éventuelle radiation, selon la chaîne publique NHK. “Le fait que la Corée du Nord ait mené un test est absolument inacceptable pour le Japon”, a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe. Son ministre des Affaires étrangères, Fumio Kishida, évoque “un appel immédiat au Conseil de sécurité de l’ONU”.

Le président américain Barack Obama a prévenu qu’il y aurait des “conséquences graves” et appelé les dirigeants sud-coréens et japonais, a annoncé la Maison-Blanche. “Le président a indiqué qu’il poursuivrait les consultations avec nos alliés et partenaires dans les jours à venir pour s’assurer que les actions provocatrices de la Corée du Nord se heurteraient à des conséquences graves”, a déclaré le porte-parole de la présidence américaine Josh Earnest.

François Hollande “dénonce avec force” l’essai nucléaire et “appelle le Conseil de sécurité des Nations unies à se saisir de cette violation de ses résolutions”, selon l’Elysée. “La communauté internationale doit s’unir face à cette nouvelle provocation qui intervient après une condamnation unanime par le Conseil de sécurité des essais balistiques effectués par la Corée du Nord lundi”, ajoute la présidence dans un communiqué.

La Chine, elle, fait part de sa “ferme” opposition. “Nous appelons énergiquement la Corée du Nord à honorer ses engagements en matière de dénucléarisation, à appliquer les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU en la matière et à s’abstenir de toute action susceptible de détériorer la situation”, ajoute le ministère.

volcan-paektu-essai-nucleaire

Concernant Le Mont Paektu

« De forts mouvements sismiques du sol peuvent perturber la chambre magmatique d’un volcan, en accélérant ainsi l’activité volcanique. Une explosion nucléaire souterraine près d’un volcan actif constitue une menace directe », expliquent les chercheurs sud-coréens.

Le 6 janvier 2016, la Corée du Nord avait annoncé avoir fait exploser une bombe à hydrogène ou bombe thermonucléaire. L’essai en question a eu lieu sur le polygone de Punggye-ri (à quelque 70 km du mont Paektu), site historique des tests nucléaires nord-coréens. La magnitude du séisme provoqué par le test nord-coréen a été estimée à 4,85.

Les séismologues avertissent que les explosions nucléaires souterraines de magnitude de 5,0 à 7,6 peuvent causer une surpression dans la chambre magmatique et provoquer ainsi une éruption. En 946, il a été responsable d’une des plus fortes éruptions de notre ère. Avec un indice d’explosivité volcanique (VEI) de 7, le volcan est surveillé attentivement depuis 1999 par une équipe chinoise qui a montré qu’un regain d’activité s’est produit entre 2002 et 2006. En particulier, les années 2002-2003 ont été marquées par une succession de microséismes et par une élévation du sol de 46 mm laissant présager qu’une nouvelle éruption se prépare.

Est ce que ce nouvel essai nucléaire aura été celui de trop ? Il est à noté que le séisme qui a été engendré est de magnitude 5,3. Malheureusement il est encore trop tôt pour le dire et ce nouvel essai nucléaire a bien eu lieu.

Adaptation TDF

sources : http://www.lefigaro.fr/ / http://tempsreel.nouvelobs.com/ / Mont_Paektu

(783)

Laissez un message