Dernières Infos

En 1883, une éruption a été entendue à plus de 5.000 km du volcan

L’éruption de 1883 du volcan Krakatoa, en Indonésie, a libéré le son plus fort que la planète ait jamais connu.

Le 27 août 1883, à 10 heures du matin heure locale, le volcan Krakatoa, planqué entre les îles indonésiennes de Java et de Sumatra, rugit avec fracas. La Terre n’a depuis cette date jamais fait autant de bruit, rapporte le site Nautilus.

La moitié de l’équipage d’un bateau situé à pourtant 65 kilomètres de là a les tympans perforés. «Mes dernières pensées sont pour ma chère épouse. Je suis convaincu que le Jour du Jugement Dernier est arrivé», témoigne dans son journal de bord le capitaine du Norham Castle. À 160 kilomètres de là, un baromètre situé dans une usine à gaz des Indes néerlandaises mesure ce pic à près de 8,5 kilopascals. Le seuil de tolérance pour l’homme (130 décibels) est déjà largement dépassé: le niveau sonore monte à 172 décibels. C’est 22 de plus que pour le grondement d’un réacteur d’avion.

krakatoa

Quatre heures plus tard, à 4.800 kilomètres de là, on perçoit le son d’un tir de pistolet. Au total, un treizième de la surface du globe a pu entendre l’éruption. Comme si, de la terrasse d’un café de Dublin, votre ouïe détectait un bruit né à Boston, de l’autre côté de l’Atlantique.

Sans que cela soit perceptible, l’onde fera même quatre fois le tour de la Terre. Elle est trop faible pour l’oreille humaine mais les baromètres et autres instruments de mesure la détectent. Il aura fallu seulement une demi-journée pour qu’elle parvienne jusqu’à Vienne, Rome, Paris, Berlin et Munich. New York, Washington et Toronto attendront eux dix-huit heures. Son voyage durera au total cinq jours, soit une moyenne de trente-quatre heures pour réaliser le tour du globe.

L’histoire de Krakatoa, c’est du son, mais aussi de l’image. Son éruption, dont l’intensité créera un tsunami, engloutira 165 villages et campements, et causera la mort de 40.000 personnes, inspire le peintre Edward Munch. Fasciné par le ciel rouge sang, il reproduit dix ans plus tard, dans Le Cri, ces nuages noctulescents dûs aux projections de gaz et de cendres. Un autre cri qui fera lui aussi plusieurs fois le tour du monde.

sources : http://www.slate.fr/http://nautil.us/

(297)

Laissez un message