Dernières Infos

Des traces radioactives infimes trouvées dans des vins de Californie

Des chercheurs français ont trouvé des traces de radioactivité dans les vins californiens qui pourraient être attribuables à la catastrophe de Fukushima. Leur niveau, très faible, ne pose toutefois pas de risque sanitaire.

En mars 2011, la catastrophe de Fukushima a laissé un héritage tenace à la planète, non seulement dans l’archipel japonais mais aussi sur la côté nord-américaine. C’est ce que montre, de façon surprenante, la datation au césium 137 des vins produits en Californie après 2011. Trois chercheurs du CNRS sont à l’origine de cette observation, qui n’est pas encore publiée mais déjà disponible sur arXiv.

Les niveaux de radioactivité restent toutefois très faibles et ne posent aucun danger sanitaire : l’activité de l’isotope radioactif n’a été multiplié que par un facteur deux pour le millésime 2011. À titre de comparaison, pendant la guerre froide où de nombreux essais nucléaires étaient menés sur la planète, l’activité radioactive du vin de Bordeaux a pu être 300 fois plus importante ! En 1957 par exemple, avant que le président américain Eisenhower ne décide un moratoire sur les essais nucléaires américains.

Le physicien expérimental français Michael Pravikoff du Centre d’Études Nucléaires de Bordeaux-Gradignan est passé sur une série de vins californiens (Cabernet Sauvignon) du millésime 2009 à 2012 en faisant du shopping dans un supermarché.

La diffusion des millésimes lui a donné une idée. Le césium 137 n’est pas un isotope naturel et n’est produit que par fission nucléaire; c’est quelque chose que les scientifiques peuvent rechercher dans des bouteilles de vin non ouvertes, en utilisant une technique impliquant la spectrométrie gamma (aka spectroscopie gamma).

Dans le passé, les chercheurs ont utilisé cette méthode pour montrer comment les niveaux d’isotopes dans le vin ont augmenté après les essais de missiles de la guerre froide (et aussi après l’ accident de Tchernobyl ) – une signature qui sert principalement à identifier et à dater des millésimes frauduleux dans le vin.

Dans ce cas, Pravikoff se demandait si le rayonnement radioactif du Césium 137 de Fukushima aurait pu s’étendre aussi loin que les vignobles californiens du monde (ou du moins un océan) des côtes japonaises – et était en fait maintenant mis en bouteille juste devant lui.

“Je les ai juste achetées, juste pour voir”, a déclaré Pravikoff au New York Times .

“C’est plus pour l’aspect purement scientifique que nous étions intéressés de les mesurer.”

Lorsque ses collègues et lui-même ont utilisé la spectrométrie gamma pour détecter le césium 137, les résultats n’étaient pas concluants. Ils ont donc eu recours à une méthode plus brutale: brûler le vin dans un four à des températures allant jusqu’à 500 ° C (932 ° F) pendant plusieurs heures, ce qui réduit le contenu d’une bouteille à seulement quelques grammes de cendres.

Cette technique a montré que le niveau de césium 137 dans le vin de Cabernet Sauvignon doublait effectivement par rapport au niveau de fond après Fukushima, et un pic similaire était également présent dans un échantillon de rosé californien (bien que les niveaux étaient beaucoup plus bas que dans le Cabernet Sauvignon).

Pour sa part, M. Pravikoff dit qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car les résultats ne présentent véritablement qu’un intérêt scientifique, compte tenu de la faiblesse des traces radioactives.

“Ces niveaux sont si bas, bien en dessous de la radioactivité naturelle qui est partout dans le monde”, a-t-il déclaré au New York Times .

Ce point est repris dans la FAQ officielle de l’OMS sur les risques de consommer des aliments cultivés dans d’autres pays après Fukushima.

“Des quantités infimes de césium radioactif et d’iode pourraient être trouvées à l’aide de méthodes de détection très sensibles”, indique l’avis , mais cela ne devrait pas affecter les aliments produits dans d’autres pays.”

Donc, il n’y a absolument pas besoin d’être alarmé.

Mais la prochaine fois que vous assisterez à une dégustation de vins californiens, vous voudrez peut-être partager une observation sur ces notes subtiles mais appréciables de césium-137 sur vos papilles, qui ajoutent vraiment quelque chose d’indéfinissable au bouquet global.

Adaptation TDF

sources : https://www.sciencesetavenir.fr/ / https://www.sciencealert.com/

(88)

Laissez un message