Dernières Infos

«Demain nous serons tous immortels»: Nous avons rencontré le premier homme bionique du monde

Pour le retour de Westworld, on a imaginé le monde en 2050, époque qui verra se produire, selon certains futurologues, la Singularité technologique. Selon cette thèse fondée sur la généralisation de la loi de Moore, l’innovation technologique exponentielle permettra de vaincre la mort et donnera naissance à des machines plus intelligentes que les humains. L’article qui suit est une pure invention inspirée des prophéties de certains acteurs de la Silicon Valley.

Ca y est, l’homme en a fini avec la mort. L’ancien directeur de l’ingénierie de GoogleRaymond Kurzweil avait vu juste. Il avait prévu que l’homme pourrait télécharger sa conscience sur une machine dès 2045. Ce futurologue de génie a passé sa vie à agrémenter ses repas d’une centaine de pilules par jour pour connaître ce moment historique, mais la technologie arrive avec cinq ans de retard. Il s’est éteint en 2048.

Début avril, Neuralink a annoncé la commercialisation d’une toute nouvelle technologie capable de stocker l’intégralité du cerveau humain sur un ordinateur. Plusieurs laboratoires, comme le National Institute of Mental Health, étaient dans la course à la numérisation de la conscience, mais l’entreprise d’Elon Musk a été la plus rapide. Pour ceux qui auraient oublié, Neuralink a accompagné la naissance des cyborgs avec les premières interfaces homme-machine pour augmenter les capacités cognitives du cerveau dans les années 2030. Nous avons rencontré l’un des premiers « cobayes » de cette prouesse technique sobrement baptisée Dolorès -en référence à l’héroïne de Westworld, la série d’anthologie de HBO-.

Une opération dangereuse
Noé*, un entrepreneur de la Silicon Valley de 25 ans deviendra dimanche l’un des premiers immortels du monde. L’homme bionique, comme l’expliquait Jean-Gabriel Ganascia dans le Mythe de la Singularité publié au début du siècle, est « un dispositif matériel robotisé commandé par une conscience humaine dégagée de sa gangue biologique ». Concrètement, l’organe est découpé en colonnes, chaque colonne de cortex est ensuite modélisée de manière à en restituer le contenu. On découpe les tissus en couches fines et on les passe dans une machine pour les scanner. On fait fonctionner tous les scans et on reconstruit le réseau neuronal en trois dimensions, nous avait expliqué Jean-Michel Besnier, professeur de philosophe à la Sorbonne, aux balbutiements de la recherche.

L’opération est dangereuse, mais elle a déjà marché sur une centaine de patients en fin de vie. La conscience humaine peut se dupliquer à l’infini, passer d’un corps à l’autre et se démultiplier dans plusieurs avatars. Non seulement, on ne meurt plus, mais on s’apprête à développer le don d’ubiquité.

« Demain nous serons tous immortels »
« J’ai fait tout mon cursus à la Singularity University (l’université de la Singularité) et, à la mort de son fondateur Raymond Kurzweil, je me suis promis de lui rendre hommage quand cette technologie serait disponible », explique celui qui ne doutait pas qu’elle finirait par arriver. Fidèle de l’église Way of the future, il n’a jamais succombé à la thèse alarmiste de la Singularité selon laquelle l’espèce humaine serait réduite à l’esclavage lorsque les machines prendraient le pouvoir.

Noé a déjà choisi l’avatar qui accueillera son esprit sur le site 2045 lancé par le milliardaire russe Itskov Dmitri. « Je vais échanger mon corps d’origine contre une apparence artificielle beaucoup plus attirante », dit-il, tout en réajustant discrètement la puce sur sa tempe. Même si le corps synthétique risque de provoquer des réactions hostiles, il n’a pas de crainte. « Quand on a commencé à voir des cyborgs dans la rue, les gens étaient gênés, maintenant, il est rare de croiser une personne qui n’a pas été augmentée. Ce sera la même chose pour les avatars. Demain nous serons tous immortels », promet-il.

Pour l’instant, seuls les riches pourront se payer cette technologie. La numérisation du cerveau coûte plus de 100.000 dollars, sans compter le prix de l’avatar. Mais espérons que Dolorès se démocratise dans les années à venir. Tenez bon encore quelques années.

source : https://www.20minutes.fr/

(406)

Laissez un message