Dernières Infos

D’après des scientifiques un « Armageddon écologique » est imminent

Un groupe de chercheurs ont constaté que le nombre d’insectes volants a chuté au cours des 27 dernières années.

« Les insectes font partie intégrante de notre écosystème, car ils sont à la fois pollinisateurs et proies d’autres espèces sauvages. On savait que certaines espèces, comme les papillons, étaient en déclin, mais l’ampleur de la diminution du nombre d’insectes qui a été récemment révélée a donné lieu à des avertissements selon lesquels le monde ‘se dirige vers un Armageddon écologique’ », ce qui a de profondes répercussions sur la vie sur notre planète, a rapporté The Guardian.

La recherche scientifique a été menée en Allemagne, afin de comprendre de ce qui se passe en Europe. Cela a révélé que dans les réserves naturelles de l’Allemagne, la biomasse des insectes volants entre 1989 et 2016 a diminué de plus de 76 % en 27 ans.

« Le fait que le nombre d’insectes volants a chuté à un tel rythme dans une zone aussi vaste est une découverte alarmante », a déclaré Hans de Kroon de l’Université Radboud aux Pays-Bas, qui dirige cette recherche.

Les causes de ce phénomène ne sont pas encore bien connues. L’urbanisation et l’utilisation généralisée de pesticides sont les causes les plus probables.

« Les insectes représentent environ les deux tiers de toute la vie sur Terre, ils font partie intégrante de notre écosystème », a affirmé le professeur Dave Goulson de l’Université du Sussex au Royaume-Uni.

La recherche, publiée dans la revue Plos One, est basée sur le travail mené depuis 1989 par des dizaines d’entomologistes amateurs qui ont capturé plus de 1 500 spécimens d’insectes volants dans 63 réserves naturelles en Allemagne.

Point de départ

Le déclin de la population de certaines espèces est un phénomène bien connu. C’est notamment le cas des abeilles, des mites et des papillons des prairies.

Par exemple, on estime qu’en Europe la moitié des papillons des prairies ont disparu en 20 ans.

Cependant, les scientifiques ont plutôt choisi d’étudier la biomasse totale des insectes pour mesurer leur nombre en tant que groupe ainsi que leur contribution au fonctionnement de l’écosystème.

« Nous semblons être en train de construire de vastes étendues de terre inhospitalières pour la plupart des formes de vie. Nous sommes en route vers un Armageddon écologique. Si nous perdons les insectes, tout s’effondrera », a déclaré le professeur Dave Goulson de l’Université Sussex au Royaume-Uni.

source : http://www.epochtimes.fr/

(407)

Laissez un message