Dernières Infos

Changement solaire, changements climatiques

Article par Bob Carter, Willie Soon & William Briggs

Des scientifiques ont étudié les influences solaires sur le climat sur plus de 5000 années. Les astronomes chinois tiennent des registres détaillés des taches solaires, ils ont remarqué que plus de taches signifient un climat plus chaud. En 1801, le célèbre astronome William Herschel, le premier à observer Uranus, a noté que quand il y avait moins de taches le prix du blé montait en flèche. Il a supposé que moins « de lumière et de chaleur » du soleil conduisent à de mauvaises récoltes.

 

 

 

Il est donc surprenant que le professeur Richard Muller (Université de Californie, Berkeley) ait récemment affirmé « aucun élément correspondant à l’activité solaire  n’a pu être identifié » dans son nouveau dossier  « BEST global land temperature record ». Au lieu de cela, le professeur Muller a déclaré: « le dioxyde de carbone en constante évolutioncontrôle notre température  ».

Peut-il être vraisemblable que le rayonnement solaire, qui alimente la Terre avec son énergie, influence notre météo et notre climat — et quand on a vécu des variations dans le passé, il est reconnu pour avoir causé des bouleversements climatiques majeurs — Puis Le Soleil n’a plus été la principale influence du changement climatique ?
Examinez les tableaux qui accompagnent cet article. Dans des points géographiques éloignés entre les États-Unis, l’Arctique et la Chine, ils démontrent une corrélation forte et directe entre la température et le rayonnement solaire — les données pour les États-Unis en provenance directe du professeur Muller suggèrent qu’une relation étroite entre la température et le rayonnement solaire est titulaire de nombreuses zones géographiques éloignées sur Terre et indique que le résultat des États-Unis ne peut pas être rejeté comme une simple aberration locale.
Une forte relation entre le soleil et le climat implique que des mécanismes existent par lesquelles notre soleil peut à la fois réchauffer et refroidir la Terre. Les fluctuations de la quantité totale d’énergie solaire feraient partie de ce mécanisme, mais les mesures suggèrent que ce n’est pas l’effet dominant. Une autre cause, et probablement la plus importante, est la régulation de la quantité de rayonnement solaire qui atteint la surface de la Terre par des changements de la couverture nuageuse totale.
Les travaux récents de grands scientifiques de la NCAR. Harry van Loon et Gerald Meehl ont également souligné une relation physique entre le rayonnement solaire entrant et la température. Ces scientifiques affirment indirectement que, dans les essais de cette relation, la température diurne maximale est le critère le plus approprié à utiliser pour caractériser la température. Cette mesure est disponible pour les États-Unis à partir des meilleures données, et a donc été utilisée pour tracer le graphique ci-dessous.


USA

La raison pour laquelle de nombreuses études antérieures n’ont pas réussi à identifier un  fort lien entre le soleil et la température peut résulter du fait qu’ils ont utilisé la température moyenne quotidienne pour représenter une composante de la température. Cela peut facilement introduire des complications erronées liées à la partie de la journée, lorsque le soleil brille sur l’autre hémisphère et que l’obscurité l’emporte sur un site particulier à l’étude. Néanmoins, de récentes analyses indiquent que même de petits changements dans le rayonnement solaire peuvent avoir un effet important sur la température de la Terre et du climat. En 2005, les recherches ont démontré l’existence d’une forte corrélation entre le rayonnement solaire et les anomalies de la température moyenne de l’Arctique au cours des 130 dernières années (ci-dessous).
arctic
Depuis lors, nous avons démontré des corrélations similaires qui existent pour toutes les régions qui entourent l’Arctique, y compris sur le continent américain et en Chine (ci-dessous).

China

Il y a une confirmation, désormais, d’une solide relation soleil et températures basée spécifiquement sur la température diurne maximale. Cela ajoute un poid scientifique fort et indépendant sur une réalité de la relation Soleil-températures.
Les étroites relations  entre les maxis ainsi que les minimums de l’activité solaire et les changements brutaux des températures que nous avons identifiées qui se produisent localement dans les régions côtières du Groenland, les régions du Pacifique Arctique et de l’Atlantique Nord, pour résumé sur l’ensemble de la région du cercle Arctique. Cela suggère fortement que les les variations du rayonnement solaire entraînent des changements des températures à l’échelle d’un hémisphère.
Les corrélations, étroites comme celles-ci, n’existent tout simplement pas pour la température et le changement atmosphérique dans la concentration des Gaz à effet de serre. En particulier, il n’existe pas de coïncidence entre la hausse constante de la mesure globale de la concentration du CO2 dans l’atmosphère et les changements souvent drastiques de la température dans le monde.
Les recherches en cours, en collaboration avec le professeur R. David legate de l’Université du Delaware, fournissent une explication cohérente pour les corrélations apparentes entre le soleil et le climat. Notre hypothèse implique des échanges de chaleur et d’humidité entre l’équateur et la région arctique.
Une preuve directe existe maintenant et indique que les changements dans l’activité solaire ont influencé ce qu’on appelle le « tapis roulant », la circulation des grands courants océaniques de l’Atlantique, au cours des 240 dernières années. Fait intéressant, il s’avère que les changements solaires axés sur la température et les changements indirects dans le volume d’eau douce libérée dans l’Arctique provoquent des variations des température de surface de l’océan dans l’Atlantique tropical 5-20 ans plus tard. Que ce délai n’a pas été pris en compte dans les études antérieures des relations Soleil-climat.

De nouveaux papiers donnent des résultats scientifiques sur le climat, des relations de soleil résumés ci-dessus, ils sont de nature discordantes et sont  obtenues avec des ensembles de données indépendantes provenant de plusieurs groupes de chercheurs différents. Prise dans leur ensemble, ces nouvelles recherches rendent peu plausible l’hypothèse répandue selon laquelle les changements de l’activité solaire ne jouent aucun rôle (ou seulement un rôle insignifiant) dans le changement climatique.
La marque d’une bonne science est de tester des hypothèses plausibles, qui sont ensuite prises en compte ou rejetées par des données recueillies, auprès de soit d’observations ou d’expérimentations. La preuve évidente que les données de BEST nouvellement analysées, et par nos propres études ou d’autres études publiées, sont fortement compatibles avec l’hypothèse que les facteurs solaires sont la principale cause du changement climatique multi décenale, en particulier dans l’hémisphère nord et et dans le cercle arctique.
Soit dit en passant, mais surtout, les données propres BEST qui invalident clairement l’hypothèse alternative que le CO2 est la cause la plus importante de variations de températures observées à travers les États-Unis. En un mot, le climat est en constante évolution et c’est le Soleil qui en est la cause.
La conclusion de la Terre Du Futur qui défend depuis 10 ans ces hypothèses en passant par le professeur Landscheidt, Livingston & Penn ou encore le brillant Vincent Courtillot, nous démontrons à travers des articles que la théorie fumeuse et délirante du CO2 comme principal moteur du changement climatique n’est pas rigoureuse, et plausible. Au contraire à travers cet article nous démontrons que l’activité solaire va conduire la Planète à un refroidissement du climat sur plusieurs décennies, ce refroidissement se met déjà en place depuis quelques années. La Terre ne se réchauffe plus depuis 1997, les cycles océaniques entrent dans leur phase froide (Pacifique depuis 2008, Atlantique d’ici à 2020, le soleil va entraîner un ralentissement non négligeable du Convoyeur océanique dans l’Atlantique-Nord, les hivers seront au fil des ans de plus en plus rigoureux, nous en connaissons les prémices depuis 5 ans déjà.

Source: http://www.quadrant.org.au/

(194)

0 votes
%d blogueurs aiment cette page :