Dernières Infos

Changement de polarité de la Terre

D’après ce que l’on sait aujourd’hui, il n’y a apparemment pas de cycle fixe d’inversion. On estime qu’une inversion se fait sans doute en quelque 5 000 ans, mais que la polarité obtenue peut soit subsister des dizaines de millions d’années, soit osciller beaucoup plus rapidement, tous les 100 000 ans environ. Il semble aussi que l’intensité du champ puisse s’affaiblir d’un facteur 10 au cours de ces inversions, voire disparaître complètement pendant un court laps de temps.

Ce qui expliquerait, selon certains, des extinctions massives d’espèces. Car le champ magnétique de la Terre n’a pas pour seule utilité de diriger nos boussoles. Il nous protège également des rayons solaires et cosmiques particulièrement nocifs pour la vie terrestre. Sans compter qu’à l’ère de l’électronique une inversion des pôles ferait peut-être perdre la tête à bon nombre de nos ordinateurs. Une chose est sûre, il y aura encore inversion des pôles. Mais nul ne peut dire quand.

L’une des théories actuelles expliquant le champ magnétique terrestre estime que des courants électriques naissent dans le noyau de la planète, une partie de celui-ci étant liquide et en mouvement. L’intérieur de la Terre agirait donc comme une énorme dynamo. C’est l’invention, à la fin du XIXe siècle, du magnétomètre, appareil capable de mesurer l’intensité du champ magnétique, qui va débloquer les choses.

Puis l’Italien Melloni va découvrir que toute roche volcanique renferme sa propre aimantation. Et il fait l’hypothèse que cette aimantation a été acquise lors du refroidissement de la lave. Laquelle aurait ainsi enregistré le champ magnétique régnant à ce moment-là. La «mémoire magnétique» de la Terre était découverte. Mais il faudra attendre la mise au point par le physicien anglais Patrick Blackett d’un magnétomètre capable de mesurer des champs magnétiques très faibles pour que cette «mémoire» des roches puisse être réellement lue. On y trouve la position des pôles au cours du temps, la position du pôle Nord magnétique, qui zigzague autour du pôle Nord géographique, et l’intensité du champ magnétique. On a donc pu reconstituer une partie du «climat» magnétique de ces 600 derniers millions d’années en interrogeant les roches volcaniques.

Le phénomène très spectaculaire de l’inversion des pôles magnétiques terrestres ne se produirait pas de façon aléatoire comme le pensaient jusqu’ici les scientifiques. Les travaux de l’université de Calabre penchent plutôt pour une sorte de « mémoire » de la Terre, qui reproduirait l’inversion selon une distribution temporelle particulière.

C’est déjà arrivé quelques centaines de fois en 160 millions d’années… Quand le Nord devient Sud, on parle d’inversion des pôles magnétiques. La dernière fois, c’était il y a 780 000 : un événement appelé inversion Brunhes-Matayama. A quand le prochain épisode ?

Ce phénomène naturel, parmi les plus étonnants qui soient, est étudié depuis longtemps et la question est presque d’actualité. En effet les conséquences sont immenses même si le processus n’est pas instantané, l’inversion complète de polarité de la planète pouvant prendre plusieurs centaines d’années.

sources : http://www.lefigaro.fr / http://www.futura-sciences.com/

(440)

Laissez un message