Dernières Infos

Bulletin des climato-realistes N°76

CONTRE-SOMMET DES CLIMATO-RÉALISTES
JEUDI 07 DÉCEMBRE 2017

Musée Social (5 rue Las Cases Paris 7ème)

Des invités venus du monde entier s’y succéderont à la tribune, parmi lesquels Václav Klaus, ancien premier ministre et ancien président de la République tchèque, Chantal Delsol, philosophe, Patrick Moore, co-fondateur de l’ONG Greenpeace, ou encore Ian Byatt, ancien responsable du service des eaux auprès du gouvernement britannique. Un service de traduction simultanée en français sera assuré, et une librairie proposera des livres à la vente.

Les conférences sont en accès libre et gratuit pour les adhérents et les étudiants, le tarif est de 15€ pour les autres.

Le programme de la journée est disponible en cliquant sur ce lien

ONE PLANET SUMMIT

Un évènement placé sous le double signe de la catastrophe et de la finance

Emmanuel Macron avait donné le ton lors de la COP23 : « Le seuil de l’irréversible a été franchi ». Ce catastrophisme grandiloquent n’est pas gratuit nous dit l’économiste Rémy Prud’homme, c’est du chantage : ou vous payez , ou vous nous entraînez dans l’abîme, une forme moderne de « la bourse ou la vie ».

Faites valser les milliards

Le sommet du climat sera précédé le 11 décembre par un Climate Finance Day s’inscrivant dans l’initiative française « Finance For Tomorrow », qui vise (sans complexes) à faire « shifter the trillions » (sic) ou « Réorienter massivement les flux financiers vers une économie bas carbone et inclusive » traduit Novethic, partenaire de cette initiative. Cette journée de la finance climatique est sponsorisée (entre autres) par Amundi, Axa, BNP première banque mondiale à avoir exclu le financement du pétrole non conventionnel (gaz de schiste, sables bitumineux…), HSBC. qui y trouveront l’occasion de verdir leur communication. Mais pas que …

Le casse du siècle

Comme l’écrit Rémy Prud’homme, « derrière les envolées lyriques sur le sauvetage de la planète…il y a principalement (et presque uniquement) le développement à marche forcée de l’électricité éolienne et photovoltaïque, activité qui est devenue un big business, pour un petit nombre de multinationales géantes, soutenues par les plus grandes banques du monde ». Le marché est juteux : selon la Banque Mondiale, c’est d’environ 90 000 milliards de dollars dont on aura besoin dans les 15 prochaines années, pour financer les infrastructures nouvelles, soit 60 fois plus par an que le fonds vert (100 milliards de dollars par an d’ici à 2020).

Mais qui va payer ?

On trouve déjà pléthore de produits financiers (durable/responsable/solidaire/inclusif) qui permettent aux épargnants de se donner bonne conscience ; pour ceux qui n’ont pas ou peu d’économies, il restera leur feuille d’impôts et les factures d’énergie : selon Les Echos, fin 2016, les diverses taxes (TVA, CSPE, etc.) représentaient 35 % de la facture (5 points de plus qu’il y a cinq ans) cette évolution étant due au soutien public aux énergies renouvelables (plus de 5 milliards d’euros prévus cette année).

LA FACE CACHÉE DE LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

La déglingue des marchés de l’électricité

François Lévêque professeur d’économie à l’Ecole des Mines explique dans The Conversation que les prix de gros de l’électricité ont diminué d’environ de moitié au cours des dix dernières années, des prix négatifs étant parfois observés. Selon lui, « l’architecture actuelle du marché de gros n’est pas adaptée à une production massive d’énergie renouvelable intermittente et subventionnée de façon maladroite à l’image des autres incitations à l’énergie bas carbone ».

Enormes besoins de minerais et de métaux induits par les filières éolienne et solaire.

La Banque mondiale souligne dans une récente étude les énormes besoins en minerais et métaux associés aux filières éolienne et solaire, (aluminium, cobalt, cuivre, minerai de fer, lithium, terres rares, etc.) et pourraient in fine consommer « significativement plus de ressources que les systèmes traditionnels basés sur les énergies fossiles ». Notons que selon RTE (Réseau de transport d’électricité), il faudra plus de 16 000 éoliennes (contre 6 500 aujourd’hui) pour atteindre l’objectif de 50 % de part du nucléaire en 2030 (initialement prévus en 2020).

BIODIVERSITÉ ET ÉNERGIES RENOUVELABLES : JE T’AIME, MOI NON PLUS

Biodiversité et transition énergétique, enquêtes sur des liaisons dangereuses

C’était le thème de la journée annuelle de la FRB (Fondation pour la recherche sur la biodiversité) qui reconnaît que la primauté et l’urgence de la lutte contre le réchauffement laisse de côté l’impératif de préservation de la biodiversité. Commentaires du site connaissances des énergies ici.

Biocarburant et déforestation

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) appelle à décupler la consommation de bioénergie dans les transports entre 2016 et 2060. On n’est pas à une contradiction près : selon notre-planete.info la déforestation massive en Indonésie pour la production d’huile de palme change le climat. Or la demande en huile de palme devrait doubler en 2030 et tripler d’ici 2050 en Europe . Aux Etats Unis la situation est carrément ubuesque : les producteurs américains n’étant pas en mesure de produire suffisamment de biodiesel comme l’exige la législation fédérale doivent en importer comme nous l’apprend cet article.

BÊTISIER (TRAGIQUE)

Un environnementaliste suédois éminent propose une dictature climatique

Par la page facebook de Bjorn Lomborg on apprend que le professeur suédois Jørgen Randers propose de suspendre la démocratie pour résoudre la crise climatique.

Justice climatique mondialisée

Selon La Croix un tribunal allemand a accepté jeudi 30 novembre la requête d’un agriculteur péruvien dont la maison est menacée par la fonte du glacier voisin : conseillé par l’avocate d’une ONG allemande, Il porte plainte contre l’énergéticien allemand RWE qui ne dispose d’aucune centrale électrique au Pérou.

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

Le Contre sommet des climato-réalistes

JEUDI 7 DÉCEMBRE 2017
Musée Social (5 rue Las Cases Paris 7ème)

Des invités venus du monde entier parmi lesquels Václav Klaus, ancien premier ministre et ancien président de la République tchèque, Chantal Delsol, philosophe, Patrick Moore, co-fondateur de l’ONG Greenpeace, ou encore Ian Byatt, ancien responsable du service des eaux auprès du gouvernement britannique.

Télécharger le programme en cliquant ici

Le Climathon

Le Climathon est une revue de presse satirique créé en 2015, qui récompense la meilleure pièce de propagande climatique proposée dans les médias et délivre des accessits aux tentatives méritantes. Hebdomadaire en 2015, le Climathon est désormais mensuel.
Découvrez les lauréats de la saison 2017-2018 en cliquant ici

Les trois dernières publications sur le site de l’Association

La modélisation du climat, science ou scientisme ?
Les glaciers de montagne à la sortie du petit âge glaciaire
Incertitudes du cycle du carbone

 
Facebook Twitter Google Linkedin

(258)

Laissez un message